Article / 31 aoû, 2018
Le Mécanisme de Développement Propre franchit une nouvelle étape

Bangkok, Thaïlande, 31 août 2018 - Le Mécanisme de Développement Propre (MDP), qui a motivé l’investissement de milliards de dollars dans l'action climatique et a enregistré des milliers de projets dans le monde en développement, a franchi une étape importante.

Download the publication

Alors que les négociateurs mondiaux arrivaient à Bangkok pour une importante série de pourparlers, le Conseil exécutif du MDP terminait sa 100e réunion, cinq jours pour examiner les questions techniques et de contrôle liées à la récompense des projets de réduction des émissions. A la fin de la réunion, le Conseil a pris le temps de réfléchir sur les réalisations du MDP depuis sa création il y a deux décennies en tant qu'outil du Protocole de Kyoto.

« Le MDP exploite le pouvoir entrepreneurial des marchés et du secteur privé pour atteindre les objectifs en matière de développement durable et de changement climatique », a déclaré Arthur Rolle, président du conseil exécutif du MDP. « Aujourd'hui, la boîte à outils du MDP est une ressource sans précédent, accessible à tous et prise en compte dans la conception de nouvelles approches et d’actions d'atténuation basées sur le marché régional et national dans le monde entier. »

Les projets MDP obtiennent un crédit de réduction certifiée des émissions (URCE) commercialisable pour chaque tonne de gaz à effet de serre qu'ils réduisent ou évitent, mesuré en équivalent dioxyde de carbone. Le prix payé pour les URCE fait figure d’aimant pour les développeurs de projets qui cherchent à exploiter l'énergie éolienne, à diffuser des cuisinières propres ou à poursuivre un large éventail d'autres projets. Avant d'envisager l'enregistrement d'un projet, le pays hôte doit attester de sa contribution potentielle au développement durable.

« Les travaux menés dans le cadre du MDP montrent que les actions visant à atténuer les changements climatiques apportent de nombreux avantages connexes en matière de santé humaine, d'emplois verts, de réduction de la pauvreté et d'autres aspects du développement », a déclaré Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de l'ONU Changements climatiques, en félicitant le Conseil d'administration. « Alors que nous envisageons de mettre en place un nouveau mécanisme de développement durable en vertu de l'article 6 de l'Accord de Paris, nous devrions garder ces succès à l'esprit. »

Le MDP donne aux pays et aux entreprises ayant un engagement de réduction des émissions découlant du Protocole de Kyoto, une certaine souplesse dans la manière dont ils respectent leurs engagements, ce qui leur permet d'utiliser des URCE pour couvrir une partie de leurs émissions. Le système d'échange de quotas d'émission de l'UE (SEQE-UE), par exemple, a été la principale source de demande d'URCE au cours de la première période d'engagement de cinq ans du Protocole, qui s'est terminée en 2012.

L'incitation fournie par le MDP a permis l'enregistrement de plus de 8 100 projets et programmes climatiques dans 111 pays en développement, des investissements de 303 milliards de dollars et la réduction ou l'évitement de 2 milliards de tonnes de dioxyde de carbone.

A Paris en 2015, les pays sont convenus de limiter l'augmentation moyenne de la température mondiale à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de viser l'objectif plus sûr de 1,5°C, afin d'éviter les pires effets du changement climatique.

Outre le lancement d'un rapport sur les réalisations du MDP, l'élaboration de son rapport annuel aux Parties, l'examen des questions relatives aux données de référence sur les émissions et aux méthodes de surveillance, ainsi que d'autres questions, le Conseil a adopté, au cours de sa 100e réunion, une norme et une procédure révisées pour l'élaboration, la révision et la mise à jour des niveaux de référence normalisées. La révision clarifie les exigences en matière de données et rationalise le processus.