Article / 16 aoû, 2018
Jour du dépassement: en 7 mois, l’humanité a consommé les ressources annuelles de la Terre

ONU Changements climatiques Infos, 16 août 2018 - Le 1er août dernier, le monde a atteint le « Jour du dépassement », date à partir de laquelle l'humanité a consommé l'ensemble des ressources que la Terre peut régénérer en une année; son empreinte écologique a ainsi dépassé la capacité de régénération (biocapacité) de la planète. Tous les ans, l'ONG Global Footprint Network calcule ce Jour en partenariat avec le WWF sur la base de trois millions de données statistiques de 200 pays.

En 7 mois, nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et récolté plus que ce que la nature pouvait nous fournir en une année. Nous avons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts étaient en mesure d’absorber.

L'empreinte carbone, qui représente la quantité totale des gaz à effet de serre générés par les activités humaines, joue un rôle majeur dans cet épuisement en tant que part de l'empreinte écologique globale de l'humanité augmentant la plus rapidement.

Étant donné que 60% de l'empreinte écologique de l'humanité comprend son empreinte carbone, une intensification significative de l'action climatique est essentielle pour mettre fin à la surexploitation des ressources et maintenir l'augmentation moyenne de la température mondiale bien en dessous de 2 °C, et aussi près que possible de 1,5 °C, par rapport aux niveaux préindustriels, objectif de l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Atteindre cet objectif est primordial pour éviter les conséquences les plus graves du changement climatique, notamment des vagues de chaleur de plus en plus intenses, des inondations, des sécheresses et des tempêtes.

« Nous utilisons les ressources futures de la Terre pour fonctionner au présent; nous creusons ainsi plus profondément dans la dette écologique », a déclaré Mathis Wackernagel, PDG du Global Footprint Network.

Le Global Footprint Network estime que les gens consomment les ressources de la nature 1,7 fois plus vite que les écosystèmes de notre planète ne peuvent les régénérer.

Le graphique ci-dessous montre comment cette journée arrive encore un peu plus tôt en cette année 2018. Le 1er août est la date la plus précoce jamais enregistrée depuis le lancement du « Jour du dépassement » dans les années 1970.

Outre les impacts climatiques immédiats, les coûts de la "surconsommation" écologique comprennent l'effondrement des pêcheries, la pénurie d'eau douce, l'érosion des sols, l'épuisement des forêts et la perte de biodiversité. Ces menaces pourraient conduire à la famine et forcer de nombreuses personnes à émigrer vers les villes ou dans d'autres pays.

Global Footprint Network calcule chaque année le Jour du dépassement de la Terre en mesurant l’empreinte écologique de chaque pays, en estimant les surfaces maritimes et terrestres nécessaires pour répondre à la demande nationale. Cela comprend la demande de nourriture, de bois, de fibres (coton), de combustibles fossiles, de bâtiments, de routes et d'autres infrastructures.

Principaux événements dans le monde ayant marqué le « Jour du dépassement »

Global Footprint Network et ses partenaires ont marqué le Jour du dépassement 2018 avec plusieurs événements à travers le monde, dont des interviews de dirigeants tels que Christiana Figueres, ancienne Secrétaire exécutive de l'ONU Changements climatiques, et Erik Solheim, directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement.

« Alors que nous célébrons le Jour du dépassement, aujourd'hui ressemble à hier - vous avez toujours les mêmes aliments dans votre réfrigérateur », a déclaré Mathis Wackernagel, PDG de Global Footprint Network.

« Mais les incendies font rage dans l'ouest des États-Unis. A l'autre bout du monde, les habitants du Cap ont dû réduire de moitié leur consommation d'eau depuis 2015. Ce sont les conséquences de l'effondrement du budget écologique de notre seule et unique planète », a-t-il ajouté.

Global Footprint Network a défini quatre secteurs clés à fort potentiel pour corriger les dépassements écologiques:

1. Villes: Une réduction mondiale de 50 % de la conduite automobile, combinée au remplacement d'un tiers des kilomètres parcourus en voiture par les transports publics, la marche à pied et le vélo, pourrait faire reculer de 12 jours le Jour du dépassement.

2. Énergie: Réduire de 50 % la composante carbone de l'empreinte écologique de l'humanité permettrait de repousser de 93 jours le Jour du dépassement.

3. Alimentation: En réduisant de moitié le gâchis de nourriture, mais en diminuant aussi l'intensité de l'empreinte dans les régimes alimentaires de chacun et en consommant une ration calorique au niveau de la moyenne mondiale, l'humanité peut le faire reculer de 38 jours.

4. Population: Si une famille sur deux dans le monde avait un enfant de moins, le Jour du dépassement reculerait de 30 jours d'ici 2050.

Bien que 86 % de la population mondiale vit dans un pays en déficit écologique, les dernières données nationales sur l'empreinte écologique révèlent des signes encourageants pour faire reculer cette journée.

Par exemple, l'empreinte écologique individuelle dans les pays à revenu élevé a diminué de 12,9 % depuis 2000. Voici certains des pays ayant connu les plus fortes baisses depuis cette année-là: Singapour (-32,1 %), les Bahamas (-26,2 %), le Danemark (-19,0 %), les États-Unis (-18,4 %), le Royaume-Uni (-16,6 %) et la France (-15,5 %).

Global Footprint Network invite les citoyens à participer au Jour du dépassement en déterminant leur propre Journée et leur empreinte écologique sur http://www.footprintcalculator.org/et en faisant un "Step to #MoveTheDate" sur www.overshootday.org/steps-to-movethedate

Pour lire le communiqué de presse du Jour du dépassement, c’est ici.