Article / 03 sep, 2018
Tous les acteurs doivent redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs de Paris, selon une étude

ONU Changements climatiques Infos, 3 septembre 2018 – Selon un nouveau rapport, si les villes, les États, les régions et les entreprises peuvent accélérer l'action climatique, il faut faire davantage à tous les niveaux de gouvernement et dans tous les secteurs de la société pour maintenir l'augmentation moyenne de la température mondiale au plus près de 1,5°C, comme convenu par la communauté internationale dans le cadre de l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Le rapport a été publié avant le Sommet mondial de l’Action climatique qui se tiendra à San Francisco du 12 au 14 septembre, sous la coprésidence de Patricia Espinosa, plus haut responsable de l'ONU Changements climatiques. Le Sommet est conçu pour susciter de nouveaux engagements en matière d'action climatique de la part des multiples intervenants et pour montrer les progrès accomplis depuis l'Accord de Paris.

« Le potentiel de ces engagements pour aider le monde à éviter les dangers du changement climatique est évident – il s’agit désormais de veiller à ce que ces engagements soient réellement mis en œuvre », a déclaré Angel Hsu, professeur adjoint de Sciences de l’environnement au Yale-NUS College et directeur de Data-Driven Yale.

« Ce que notre rapport montre, c'est que de nombreux acteurs s'engagent à prendre des mesures, mais leur ambition et leur capacité à nous faire avancer plus vite et davantage pour atteindre les objectifs climatiques de Paris dans le temps sont limitées. Ce qu'il faut maintenant, c'est le financement, les politiques et le soutien pour déployer ces efforts de toute urgence », a ajouté Angel.

Le rapport a été rédigé par Data-Driven Yale, NewClimate Institute, PBL Netherlands Environmental Assessment Agency, en partenariat avec le CDP, et évalue les engagements de plus de 6 000 villes, régions et entreprises, dans plusieurs pays à fortes émissions de gaz à effet de serre.

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes:

  • D'ici 2030, les émissions mondiales de gaz à effet de serre pourraient être inférieures de 1,5 à 2,2 Gt CO2/an si les engagements individuels de près de 6 000 villes, États et régions et de plus de 2 000 entreprises sont appliqués intégralement, par rapport à ce qui serait obtenu par le biais des politiques nationales actuellement en cours. Ce montant de réduction potentielle équivaut à peu près au double des émissions de gaz à effet de serre du Canada en 2016.
  • Aux États-Unis, la mise en œuvre complète des engagements individuels déclarés et quantifiés des villes, des régions et des entreprises pourrait fournir au moins la moitié (entre 670 et 810 M t eq CO2/an - millions de tonnes d’équivalent CO2/an, ndlr - en 2030) des réductions d'émissions nécessaires pour respecter l'engagement pris par l'Amérique à Paris.
  • Dans l'Union européenne, les engagements des villes, des régions et des entreprises pourraient réduire les émissions de gaz à effet de serre de 230 à 445 M t eq CO2/an, soit à peu près l'équivalent des émissions de gaz à effet de serre de l'Italie en 2016. En Chine, ces mesures pourraient réduire les émissions jusqu'à 155 M t eq CO2, ce qui équivaut à peu près à ce que les processus industriels du pays ont généré en 2014.

« Notre analyse ne comprend que des engagements enregistrés et quantifiés - une fraction de l'ensemble des activités climatiques des villes, des régions, des entreprises et des initiatives de coopération. Cependant, il y a aussi un risque que ces réductions d'émissions ne se concrétisent pas, si les régions, les États, les villes et les entreprises ne tiennent pas leurs promesses, ou si les efforts des gouvernements nationaux ou d'autres acteurs ralentissent », a déclaré Mark Roelfsema de l'Agence néerlandaise d'évaluation environnementale de PBL.

Selon le rapport, les émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2030 seraient inférieures de près d'un tiers à ce qui sera obtenu par la seule politique nationale si les initiatives de coopération internationale telles que l'Under2Coalition et le Pacte mondial des maires atteignent leurs objectifs en plus de l'action climatique existante.

« L'effet des objectifs climatiques des initiatives de coopération internationale est particulièrement encourageant et témoigne de la possibilité de réductions d'émissions plus importantes lorsque les gouvernements nationaux s'associent avec les villes, les régions, les entreprises et les acteurs de la société civile. Les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris par tous les pays étudiés seraient plus ambitieux s'ils étaient alignés sur les objectifs déclarés des initiatives de coopération internationale», a déclaré le professeur Niklas Höhne du NewClimate Institute.