Rapport / 18 mar, 2019
ONU : les dommages environnementaux mettent des millions de vies en danger

ONU Changements climatiques Infos, 18 mars 2019 - L'ONU a publié la semaine dernière une évaluation complète et rigoureuse de la situation de l’environnement mondial, avertissant que les dommages causés à la planète sont si importants que la santé des populations sera soumise à des menaces croissantes si des mesures urgentes ne sont pas prises.

Le rapport L’Avenir de l’environnement mondial, rédigé par 250 scientifiques et experts originaires de plus de 70 pays, indique que si les mesures de protection de l’environnement ne sont pas considérablement intensifiées, des villes et des régions entières en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique pourraient connaître des millions de décès prématurés d’ici le milieu du siècle.

« Les données scientifiques sont claires. La santé et la prospérité de l’humanité sont directement liées à l’état de notre environnement », a déclaré Joyce Msuya, directrice exécutive par intérim d’ONU Environnement. « Ce rapport nous donne des perspectives pour l’humanité (infographie en anglais). Nous sommes à la croisée des chemins. Continuerons-nous sur la voie actuelle, qui mènera à un avenir sombre pour l’humanité, ou adopterons-nous une voie de développement plus durable ? C’est le choix que nos dirigeants politiques doivent faire, maintenant. »

Selon ce sixième rapport sur L’Avenir de l’environnement mondial, des investissements écologiques équivalents à seulement 2 % du PIB des pays du monde seraient suffisants pour assurer une croissance à long terme aussi forte que nous le prévoyions actuellement et qui aurait moins de conséquences négatives sur les changements climatiques, la rareté de l’eau et la perte des écosystèmes. La perspective d’une planète saine pour l’avenir et pour des personnes en bonne santé repose sur une nouvelle façon de penser : le modèle « se développer maintenant, nettoyer plus tard » doit passer à économie proche du zéro gaspillage à l’horizon 2050.

Des options politiques innovantes sont nécessaires pour un avenir plus sûr

Selon les auteurs, les interventions pour modifier des systèmes dans leur globalité, tels que l’énergie, la nourriture et les déchets, plutôt que des problèmes individuels, tels que la pollution de l’eau, peuvent être beaucoup plus efficaces. Par exemple, un climat stable et un air pur sont liés, les mesures d’atténuation des changements climatiques pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris coûteraient environ 22 000 milliards de dollars américains, mais les bénéfices de la réduction de la pollution atmosphérique pour la santé pourraient quant à eux s’élever à 54 000 milliards de dollars américains supplémentaires.

Le rapport souligne également le fait que le monde dispose de la science, de la technologie et des moyens financiers dont il a besoin pour s'engager sur la voie d'un développement plus durable, même si les chefs d'entreprise et les dirigeants politiques qui s'accrochent à des modèles de production et de développement dépassés n'apportent toujours pas un soutien suffisant.

Le rapport recommande d’adopter des régimes alimentaires moins riche en viande et de réduire le gaspillage alimentaire dans les pays développés et en développement, ce qui réduirait la nécessité d’augmenter la production alimentaire de 50 % pour nourrir les 9 à 10 milliards d’habitants de la planète prévus à l’horizon 2050. À l’heure actuelle, 33% des aliments comestibles produits dans le monde sont gaspillés et 56% de tous les déchets sont produits dans les pays industrialisés, indique le rapport.

Bien que l’urbanisation se développe à un rythme sans précédent dans le monde, le rapport indique que celle-ci peut offrir une possibilité d’améliorer le bien-être des citoyens tout en réduisant leur empreinte environnementale grâce à une gouvernance améliorée, à l’aménagement du territoire et aux infrastructures vertes. En outre, des investissements stratégiques dans les zones rurales réduiraient la pression exercée sur les populations pour qu’elles migrent.

La sixième édition L’Avenir de l’environnement mondial, a été publiée alors que les ministres de l'environnement du monde entier participaient à l'Assemblée des Nations Unies sur l'environnement - l'organe décisionnel le plus élevé au monde en matière d'environnement - qui se tenait à Nairobi, au Kenya. Les pourparlers de cette Quatrième Assemblée de l'ONU sur l'environnement ont porté sur des questions vitales telles que l'arrêt du gaspillage alimentaire, la promotion de la mobilité électrique et la lutte contre la crise de la pollution plastique dans nos océans, parmi de nombreux autres défis urgents.