Article / 28 juin, 2018
Les responsables politiques réclament davantage d'actions en faveur du climat et des résultats concrets à Katowice

ONU Changements climatiques Infos, 28 juin 2018 - Les responsables politiques de toutes les régions du monde multiplient leurs appels publics pour que les nations intensifient d’urgence leur action climatique; et qu’elles élaborent également des directives solides pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le changement climatique lors des prochains pourparlers des Nations Unies sur le climat en décembre, en Pologne.

La semaine dernière, les ministres de 36 gouvernements du monde entier se sont réunis à Bruxelles, en Belgique, où ils ont réitéré leur engagement à parvenir à un « ensemble de directives d’applications équilibré, exhaustif, pragmatique, solide et opérationnel » conformément au Programme de Travail de l’Accord de Paris lors de la Conférence de l'ONU Changements climatiques à Katowice, en Pologne (COP24).

Lors de la Conférence Ministérielle sur l'Action Climatique (MoCA) qui s’est tenue les 20 et 21 juin, coprésidée par l'Union européenne, le Canada et la Chine, les ministres ont souligné l'importance du multilatéralisme et confirmé que « l'Accord de Paris est irréversible et ne doit pas être renégocié ».

Le commissaire européen à l’Action pour le climat et à l'énergie, Miguel Arias Cañete, le Représentant spécial de la Chine pour le Changement climatique, Xie Zhenhua et la Ministre canadienne de l'Environnement, Catherine McKenna, ont appelé le monde à présenter des objectifs plus ambitieux dans le cadre de l'Accord de Paris.

Dans son discours d'ouverture, le commissaire Miguel Arias Cañete a déclaré:

« Jeudi dernier, les négociateurs de l'UE sont convenus d'augmenter la part d'énergie produite à partir de sources renouvelables d'au moins 32% en 2030 - contre un objectif initial de 27% sur la base duquel notre ambition de réduction des émissions d'au moins 40% dans nos NDC [Contributions Déterminées au Niveau national] avait été modélisé. Et hier soir, les négociateurs de l'UE se sont mis d'accord sur un nouvel objectif d'efficacité énergétique de 32,5% d'ici 2030, par rapport à un but initial de 30%. [...] Ces deux nouveaux objectifs signifient de facto que l'Union européenne serait en mesure de relever le niveau d'ambition de ses NDC et d'augmenter son objectif de réduction des émissions de 40% actuellement, à un peu plus de 45% d'ici 2030 ».

Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique, a déclaré:

« Les Canadiens s'attendent à ce que notre gouvernement prenne des mesures ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques chez eux, et à l'étranger. Ces rencontres avec d'autres responsables internationaux du climat ont été essentielles pour continuer à donner une impulsion à l'action mondiale ambitieuse dont nous avons besoin pour préserver notre climat, et réaliser les opportunités de la transition vers une croissance économique plus propre. Nous continuerons à travailler avec nos partenaires nationaux et internationaux pour nous assurer que nous pouvons tous respecter nos engagements de Paris afin de protéger notre planète pour nos enfants et petits-enfants. »

Xie Zhenhua, le Représentante spécial de la Chine pour le Changement climatique, a indiqué:

« Notre objectif est de parvenir à une économie sobre en carbone et de construire une communauté de destin commun pour les êtres humains. En décembre se tiendra la COP24, et le Secrétaire général des Nations Unies, M. Guterres, nous a invités à différents sommets, dont le celui, international, sur la biodiversité [Conférence des Nations Unies sur la biodiversité]. Toutes ces réunions et ces sommets peuvent être complémentaires pour atteindre notre objectif final qui est le développement durable grâce à des synergies de volonté politique entre tous les pays. »

Les ministres ont réaffirmé l'importance de ces réunions et d'autres, tels que le prochain Sommet mondial sur l'Action climatique à San Francisco, et le Sommet sur le climat de 2019 organisé par le Secrétaire général des Nations Unies, dans le cadre d'un processus informel « qui ne remplace ni ne préjuge des négociations officielles de l'ONU », mais a été conçu afin de garantir le succès des pourparlers internationaux dans le cadre du processus de la CCNUCC.

Cliquez ici pour lire le résumé du Président de de la Conférence ministérielle sur l'action climatique (MoCA)

Une paix durable a besoin d'actions en faveur du climat

Dès le lendemain, Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, a organisé une réunion de haut niveau pour insister sur l'urgence et l'importance de lutter contre les risques que représentent ces changements climatiques pour la paix et la sécurité.

Des ministres du monde entier, des hauts fonctionnaires des Nations Unies et d’éminents experts ont témoigné des nombreuses menaces à la sécurité, réelles et potentielles, découlant du changement climatique.

Mme Mogherini a ainsi déclaré:

« Ici en Europe, l'expérience nous dit que la paix et la sécurité ne sont pas seulement des traités de paix et des budgets de défense. La paix doit être durable dans le temps. Et une paix durable exige des emplois de qualité, un accès décent aux ressources naturelles et un développement durable. Gardons cela à l'esprit: une paix durable a besoin d'actions en faveur du climat; et lorsque nous investissons dans la lutte contre le changement climatique, nous investissons dans notre propre sécurité. »

Les participants ont appelé à une coopération multilatérale renforcée pour faire face au climat et à la sécurité, et ont souligné la nécessité d'aligner la mise en œuvre de la politique climatique et de développement sur le terrain.

Ovais Sarmad, Secrétaire exécutif adjoint de l’ONU Changements climatiques, a pour sa part affirmé:

« Il existe un lien évident entre les impacts du changement climatique et la sécurité mondiale. Le changement climatique multiplie les menaces en en faisant l’un des principaux défis auxquels l'humanité est confrontée. Le monde doit s’engager sur un chemin lui permettant d’honorer les promesses contenues à la fois dans l'Accord de Paris et dans les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. »

Ovais Sarmad, UN Climate Change Deputy Executive Secretary
Ovais Sarmad, Secrétaire exécutif adjoint de l’ONU Changements climatiques

Ovais Sarmad et Erik Solheim, Directeur exécutif de l'ONU Environnement, ont proposé trois actions pour traiter ce lien entre le climat et la sécurité:
« Premièrement, nous devons résoudre les problèmes d'eau. La gestion de l'eau et la diplomatie peuvent nous aider à soulager le stress hydrique et l'élévation du niveau de la mer. En outre, nous devrions mettre en place un plan Marshall pour l'énergie solaire. Le Sahel représente une occasion rêvée pour l'énergie solaire qui pourrait aider à verdir et à améliorer la région. Enfin, nous devons aider l'Afrique à faire en sorte que l'urbanisation soit juste - qu'elle soit durable et qu'elle allège la pression sur des ressources telles que la terre, la nourriture et les ressources naturelles. »

Eric Solheim, UN Environment Executive Director
Eric Solheim, Directeur exécutif de l'ONU Environnement

La synthèse de l'événement est consultable ici.

23 nations s'engagent à intensifier l'action climatique

Peu après la clôture de la Conférence ministérielle sur l'action climatique (MoCA), un groupe de pays a publié une déclaration conjointe, intitulée « Déclaration d'ambition », s'engageant à « montrer l’exemple » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre avant 2020.
« Nous nous engageons à étudier les différents moyens d'accroître notre propre ambition » indique le communiqué, qui souligne que le prochain Sommet des Nations Unies sur le climat, en septembre 2019, accueilli par le Secrétaire général des Nations Unies, constituera « la plus grande opportunité politique » pour y parvenir.
« Nous nous engageons à soutenir le Secrétaire général dans ses efforts visant à stimuler d'urgence la volonté politique dans la persepctive de septembre 2019 », fait savoir le communiqué.

Les signataires de cet engagement sont: l’Argentine, la Grande-Bretagne, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Danemark, l’Éthiopie, les Îles Fidji, la Finlande, la France, l’Allemagne, les Maldives, les Îles Marshall, le Mexique, Monaco, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Rwanda, Sainte-Lucie, l’Espagne et la Suède.

Le Secrétaire général des Nations Unies a remercié l'initiative en déclarant: « Les changements climatiques vont plus vite que nous. Merci aux 23 pays qui ont signé une déclaration pour une action plus ambitieuse en faveur du climat. Je convoque un sommet sur le climat l’année prochaine et j’ai hâte de travailler avec vous tous pour protéger notre planète. »

Appels à une politique centrée sur les citoyens et à des résultats concrets à Katowice

Les 18 et 19 juin, le ministère fédéral de l'Environnement et le gouvernement de la République de Pologne ont accueilli le 9e Dialogue de Petersberg sur le climat à Berlin. Cette réunion informelle des ministres et des représentants de 35 pays s'est concentrée sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le climat, et la préparation de la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Katowice sous la présidence polonaise.

La chancelière allemande Angela Merkel a souligné que « l'action climatique est une question de nécessité écologique et de rationalité économique », quant au Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, il a souligné « la nécessité de maintenir les citoyens au centre des politiques climatiques et de stimuler l'innovation pour atteindre ce but. »

Les ministres ont insisté sur le fait que la communauté internationale doit avancer de concert et qu'une volonté politique forte ainsi qu’une direction sont indispensables pour atteindre l'objectif principal de l'Accord de Paris, à savoir: maintenir l'augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius.

Petersberger Dialogue 2018
Dialogue de Petersberg 2018

Les ministres ont souligné le caractère transformateur de l'Accord et le fait que son adoption a marqué un tournant pour le développement mondial.

Lors du Dialogue, les responsables politiques ont exprimé le besoin de résultats concrets à Katowice. Tout en reconnaissant que les négociations étaient engagées dans la bonne voie, ils ont également souligné la nécessité d'accélérer le rythme des pourparlers et d'utiliser au mieux la session de négociations de Bangkok début septembre.

Les ministres ont par ailleurs exprimé leur engagement à mener à bien le Programme de Travail de l'Accord de Paris lors de la COP24. Ils ont reconnu qu'un accord sur les principes directeurs détaillés pour concrétiser les dispositions et obligations de l'Accord de Paris est une condition nécessaire à son application effective.

La Secrétaire exécutive de l’ONU Changements climatiques, Patricia Espinosa, et les présidents et coprésidents des organes subsidiaires de la CCNUCC, étaient également présents à Berlin.

Pour accéder à la conclusion du Dialogue, cliquez ici.