Communiqué ONU Changements Climatiques / 12 nov, 2017
La CCNUCC et l’OMS unies pour protéger la santé face aux changements climatiques à la COP23

Bonn, 12 nov. 2017 - L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Secrétariat des Nations Unies pour les Changements Climatiques (CCNUCC) ont signé un nouveau Protocole d’accord (MoU) aujourd’hui afin de renouveler l’engagement conjoint des deux institutions de faire face aux défis de santé publique que pose la hausse des températures, et d’aider les pays à accroître l’efficacité de leur réponse aux changements climatiques.

Cet acte coïncide avec la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP23) qui se tient à Bonn, et la nécessité de veiller a ce que les pays dotés d’infrastructures sanitaires insuffisantes ou inappropriées pour faire face aux effets du réchauffement climatique, reçoivent le soutien adéquate pour protéger la santé de leur population et de renforcer leur résilience afin de répondre à une telle menace.

La signature de ce MoU reconnaît que la protection et l’amélioration de la santé constituent un pilier essentiel du développement durable, mais qui exige la coopération la plus large possible de tous les pays et des autres parties prenantes concernées.

 

Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de l’ONU Changements Climatiques, a déclaré : « Je me réjouis que la relation entre nos deux institutions passe à un échelon supérieur, davantage tourné vers l’action. L’Accord de Paris sur les Changements Climatiques requiert que nous unissions toutes nos forces si nous voulons assurer un monde sain et des citoyens en bonne santé maintenant et dans le futur ».

 

« Nombreux sont ceux dont la santé est d’ores et déjà affectée par le changement climatique : de la pollution de l’air aux canicules en passant par la contamination de l’eau potable par les événements météorologiques extrêmes. Si tous ensemble, et avec le concours de nombreux partenaires, nous arrivons à atteindre les objectifs climatiques de la planète, nous pouvons également contribuer à donner un grand coup de pouce sanitaire à des milliards de personnes, » a-t-elle ajouté.

Ce Protocole intervient à un moment où le changement climatique constitue une menace grave pour la santé publique ; les phénomènes météorologiques extrêmes et les variations climatiques affectent l’air pur, l’eau potable, la sécurité alimentaire et la sécurité du logement ; cela pourrait entraîner environ 250.000 décès supplémentaires chaque année, en raison du stress thermique, de la malnutrition, de la diarrhée et du paludisme entre 2030 et 2050.

Cette convention veillera à ce que la santé soit représentée dans le programme mondial de lutte contre le changement climatique, permettant ainsi aux deux institutions d'adopter une approche plus intégrée et intersectorielle afin d’améliorer la santé au niveau mondial et de contribuer à la mise en œuvre de l'Accord de Paris.

Le présent MoU offrira un cadre commun pour une collaboration stratégique entre l’OMS et la CCNUCC afin de renforcer les capacités de mobilisation, notamment dans les pays en développement, et d’aider les pays à réduire la vulnérabilité de la santé au changement climatique :

En fournissant des conseils sur les risques sanitaires que posent les changements climatiques, et en présentant les avantages des politiques d’atténuation ;

En améliorant la capacité des pays à traiter de la santé dans les Plans d’action nationaux sur le climat et les Plans nationaux d’adaptation ;

En soutenant l’intégration des risques liés au climat dans l’appui de l’OMS aux politiques sanitaires et aux programmes de santé, notamment en matière de santé environnementale, d’amélioration des systèmes de santé, et de prévention des catastrophes ;

En informant les responsables des politiques climat et santé, les professionnels de la santé, la société civile et le grand public, en communiquant et en alertant sur les risques climatiques ;

En suivant et rendant compte de l’ampleur et de la nature des investissements en matière de protection de la santé contre les risques climatiques, et du développement qui à la fois favorise la santé, réduit les émissions de carbone et accroît la résilience face aux effets du changement climatique ;

En mesurant les progrès réalisés par les pays en matière de protection de la santé face aux changements climatiques.