Article / 01 oct, 2018
Le Giec entame les discussions sur un réchauffement climatique de 1,5°C

ONU Changements climatiques Infos, 1er octobre 2018 – Dans le contexte d'une année record en terme d’impacts du changement climatique tels que les vagues de chaleur et les sécheresses de par le monde, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU (le GIEC) a commencé aujourd'hui à examiner les principales conclusions de son rapport spécial intitulé Le réchauffement planétaire de 1,5°C.

À temps pour la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24) qui se tiendra cette année à Katowice en Pologne, en décembre, le rapport spécial de 1,5°C a été commandé par les gouvernements du monde entier en 2015 lorsqu'ils ont adopté l'Accord de Paris sur le changement climatique.

L'Accord de Paris vise à maintenir l’élévation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2ºC au-dessus des niveaux préindustriels, et aussi proche que possible de 1,5 ºC. Maintenir cette augmentation aussi bas que possible est essentiel pour limiter les futures conséquences potentiellement graves des changements climatiques dans le monde.

Pour ce rapport Le réchauffement planétaire de 1,5°C, le GIEC a donc évalué les résultats scientifiques les plus récents concernant les dommages qui seront causés par un réchauffement de 1,5°C. Il a également comparé les dégâts causés par un réchauffement de 2°C.

Lors de cette réunion d'une semaine à Songdo, en République de Corée, les délégués des gouvernements examineront les grandes conclusions du rapport, ligne par ligne, et les adopteront en tant que "Résumé à l'intention des décideurs".

A l’ouverture, Hoesung Lee, le président du Giec a décrit l’événement comme « l'une des réunions les plus importantes de l'histoire du Giec. »

« Les scientifiques nous avertissent depuis des années qu’il faut que nous nous préparions à des phénomènes météorologiques plus graves avec le changement climatique. Les vagues de chaleur, les incendies de forêt et les fortes pluies de ces derniers mois dans le monde entier viennent étayer ces mises en garde », a-t-il déclaré.

Les effets du changement climatique que l'on peut observer aujourd'hui sont le résultat d'une augmentation d'environ 1ºC de la température moyenne mondiale.

A Songdo, Youssef Nassef, chef du programme d'adaptation de la CCNUCC, a souligné l'importance du rapport pour les négociations sur le climat de cette année.

« En cette période de mise en œuvre de l'Accord de Paris, nous n'avons jamais eu autant besoin de science pour éclairer l'action climatique. Avec ce Rapport spécial sur le réchauffement planétaire de 1,5°C, le Giec a répondu à ce besoin. Pour le processus de la CCNUCC, il s'agit d'un "rapport spécial" particulièrement spécial, étant donné son importance fondamentale pour l'évolution des ambitions dans les négociations sur le changement climatique. »

Il est peu probable que les Contributions déterminées au niveau national (CDN) actuelles, dans lesquelles les pays décrivent en détail ce qu'ils entreprendront pour lutter contre le changement climatique, soient suffisamment ambitieuses pour maintenir le monde dans les limites des objectifs de l'Accord de Paris en matière de température.

De ce fait, le "Résumé à l'intention des décideurs" sera soigneusement étudié à la COP 24. Il sera examiné par les ministres au cours de la phase politique du "Dialogue Talanoa", un dialogue international sur la meilleure façon d'élever l'ambition. Le réchauffement planétaire de 1,5°C sera également présenté lors d'une réunion commune organisée par l'Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique de la CCNUCC (SBSTA) et le GIEC lors de la COP24.

Connu sous le nom de SR1.5, le titre complet du rapport est le suivant: Réchauffement planétaire de 1,5 °C: rapport spécial du GIEC sur les conséquences d'un réchauffement planétaire de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels et les profils connexes d’évolution des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dans le contexte du renforcement de la riposte mondiale au changement climatique, du développement durable et de la lutte contre la pauvreté

Cet été une soixantaine de gouvernements ont émis des commentaires sur la version préliminaire du rapport. « Au total, nous avons reçu 42 000 commentaires sur les ébauches de ce rapport », s’est félicité le président du Giec.

« Les gouvernements du monde attendent avec impatience les conclusions que vous présenterez dans le rapport afin qu'ils puissent prendre des décider en connaissance de cause à Katowice, pendant le Dialogue Talanoa, et au-delà, grâce au bilan mondial qui dépendra également des résultats du sixième rapport d'évaluation qui sera achevé en 2022 », a encore dit M. Nassef.

Sous réserve d'approbation, le Résumé à l'intention des décideurs doit être rendu public officiellement lors d'une conférence de presse lundi 8 octobre.