Article / 06 mar, 2019
Cinq raisons pour lesquelles l’action climatique a besoin des femmes

ONU Changements climatiques Infos, 6 mars 2019 - A la veille de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, dont le thème cette année est « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement », tout le monde devrait reconnaître les avantages que les femmes apportent à l'action climatique afin que le changement climatique puisse être traité sérieusement. Le changement climatique a des incidences différentes sur les gens – selon les circonstances socio-économiques, les handicaps éventuels, l'âge ou le sexe. Lorsque les solutions aux changements climatiques tiennent compte de ces différentes réalités, elles sont plus efficaces et leurs effets se répercutent sur la société. Voici cinq raisons pour lesquelles l'action climatique et les femmes doivent être considérées de manière globale.

1) 100 % de la population doit participer

51 % de l'humanité est composé de femmes et de filles. Pour atteindre l'objectif le plus ambitieux de 1,5 °C de l'Accord de Paris sur le changement climatique et limiter le réchauffement bien en dessous de 2 °C, il est essentiel que les besoins, les perspectives et les idées des femmes, tout comme ceux des hommes, soient inclus dans l'action climatique afin de créer des solutions équitables, efficaces et durables.

En outre, les femmes autochtones subissent les effets des changements climatiques depuis des générations et ont été des précurseurs et des chefs de file en matière de conservation de l'environnement. Leurs connaissances et leurs compétences contribuent grandement à renforcer la résilience aux impacts climatiques et à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Leurs savoir-faire et connaissances traditionnelles en matière de gestion des ressources naturelles dans des domaines tels que l'innovation, les déchets et l'énergie sont des outils efficaces dans les stratégies d'action climatique.

2) Autonomiser les femmes signifie des solutions plus efficaces pour le climat

Les femmes représentent environ 43 % de la main-d'œuvre agricole dans les pays en développement. Lorsqu'elles bénéficient du même accès aux ressources que les hommes, les femmes peuvent augmenter leurs rendements agricoles de 20 à 30 %, ce qui non seulement augmente la production agricole totale de ces pays de 2,5 à 4 %, mais contribue également à réduire la faim dans le monde de 12 ou 17 %, selon les Nations Unies. Cela peut avoir un impact positif sur l'adaptation au changement climatique de deux façons - une technologie ou des ressources appropriées contribuent à une agriculture et à une sauvegarde de l’environnement plus durables, et une réduction de la pauvreté permet aux individus de mieux s'adapter aux dérèglements du climat

L’investissement en faveur des femmes et des filles a de multiples répercussions sur des communautés tout entières et des pays. Des études révèlent que les pays où la représentation des femmes au parlement est élevée sont plus susceptibles de ratifier les traités internationaux sur l'environnement.

3) Les femmes sont essentielles au renforcement de la résilience aux changements climatiques

Les communautés réussissent mieux dans les stratégies de résilience et de renforcement des capacités lorsque les femmes sont aussi associées à la planification. Selon l'ONU, les femmes sont plus enclines à partager des informations sur le bien-être de la communauté, importantes pour la résilience, et plus disposées à s'adapter aux changements environnementaux dès lors que leur vie familiale en subit les conséquences.

De surcroît, les femmes sont généralement les premières à réagir lors des interventions à l’échelle locale en cas de catastrophe naturelle, les chefs de file en matière de réduction des risques de catastrophe et contribuent au rétablissement post-catastrophe en répondant rapidement aux premiers besoins de leurs familles et en renforçant les structures communautaires.

4) Les changement climatique affecte tout le monde, mais de manière inegale

Il est avéré que le changement climatique a un impact plus important sur les groupes de population les plus vulnérables, que ce soit dans les pays développés ou en développement, et qu’il aggrave les inégalités existantes. Les femmes sont souvent confrontées à des risques plus importants et à des charges plus lourdes du fait des conséquences du changement climatique dans les situations de pauvreté et en raison des rôles, responsabilités et normes culturelles existants.

Des investissements ciblés en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes donnent des résultats en matière de sauvegarde de l'environnement, de lutte contre la pauvreté, de politique sociale et de réalisation des Objectifs du développement durable (ODD). En abordant le changement climatique sous l'angle de la parité, les droits des femmes sont également pris en compte, en s'attaquant aux inégalités existantes entre les sexes plutôt qu'en les exacerbant.

5) Les pays ont accepté ! Des actions se poursuivent sous l’égide de la CCNUCC

Les pays ont reconnu l'importance de la participation égale des femmes et des hommes aux processus de la CCNUCC, à l'élaboration et à la mise en œuvre de politiques climatiques nationales tenant compte de l’égalité des sexes, en mettant en place un ordre du jour spécifique au titre de la Convention, sur les questions de la parité et du changement climatique. Il s'agit notamment du tout premier Plan d'action pour l'égalité des sexes de la CCNUCC établi dans le cadre du Programme de travail de Lima sur l'égalité des sexes (LWPG) qui comporte cinq domaines prioritaires :

  • Renforcement des capacités, partage des connaissances et communication
  • Améliorer la compréhension et l'expertise des parties prenantes en ce qui concerne l'intégration systématique des questions d'égalité des sexes dans les domaines thématiques relevant de la Convention et de l'Accord de Paris et dans les politiques, programmes et projets sur le terrain ;
  • Équilibre entre les sexes, participation et autonomie des femmes;

               -> Atteindre et maintenir la participation pleine, égale et significative des femmes au processus de la CCNUCC.

  • Cohérence (au sein de la CCNUCC, dans l'ensemble de l'ONU) ;

               -> Renforcer l'intégration de la problématique hommes-femmes dans les travaux des organes de la CCNUCC, du secrétariat et d'autres entités des Nations Unies et parties prenantes en vue d'une mise en œuvre cohérente des mandats et activités concernant l'égalité des sexes

  • Application de l’égalité des sexes et moyens de mise en œuvre ;

               -> Assurer le respect, la promotion et la prise en compte de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes dans l'application de la Convention et de l'Accord de Paris

  • Surveillance et rapports

               -> Améliorer le suivi de l'exécution des mandats relatifs à l'égalité des sexes dans le cadre de la CCNUCC et de l'établissement de rapports à ce sujet.