Article / 26 sep, 2018
António Guterres demande instamment la pleine mise en œuvre de l’Accord de Paris

ONU Changements climatiques Infos, 26 septembre 2018 - Hier à New York, le secrétaire général des Nations Unies António Guterres a exhorté les pays a faire preuve « d'une plus grande ambition et d'un plus grand sens de l'urgence » pour affronter « la menace existentielle directe » que constitue le changement climatique, et à adopter en Pologne, en décembre prochain, les directives de mise en œuvre de l'Accord de Paris.

« Notre action – en tant que dirigeants mondiaux - n’est pas à la hauteur », a-t-il estimé devant les dirigeants du monde rassemblés pour l’ouverture du débat annuel de l'Assemblée Générale des Nations Unies, à New York.

« Les changements climatiques vont plus vite que nous; leur rythme effréné a entraîné un SOS retentissant partout dans le monde », a-t-il averti.

Le chef de l'ONU a poursuivi en déclarant que selon l'Organisation météorologique mondiale les deux dernières décennies avaient connu 18 des années les plus chaudes, depuis qu’on a commencé en 1850 à tenir des registres en la matière.

Cette année, pour la première fois, la banquise la plus épaisse du nord du Groenland a commencé à se fissurer. La concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère n’a jamais été aussi élevée en 3 millions d’années, et elle ne fait qu’augmenter.

« Les gouvernements doivent faire preuve de sagesse et de courage », c’est à dire qu’ils doivent « cesser de subventionner, à coups de milliards, les combustibles fossiles; fixer un juste prix du carbone; cesser d’investir dans des infrastructures non durables qui entretiennent des pratiques pernicieuses pendant des dizaines d’années », a ensuite demandé António Guterres.

Le haut fonctionnaire de l'ONU a également exposé ses attentes pour la prochaine Conférence de l'ONU sur le changement climatique en Pologne, où il espère que l'esprit du multilatéralisme prévaudra.

« La prochaine Conférence des Parties, la COP24, qui se tiendra en Pologne en décembre, est décisive. Il faut absolument qu’elle réussisse. Comme je l’ai dit récemment, les désaccords entre États Membres qui nous ont paralysés à Copenhague ne peuvent se reproduire à Katowice », a averti António Guterres.

A la tribune de l’Assemblée générale, le chef de l’ONU s’est dit « inquiet de voir que les récentes négociations de Bangkok sur les directives d’application de l’Accord de Paris se soient achevées sans progrès suffisants. » Les lignes directrices de ce pacte doivent être adoptées en Pologne en décembre.

António Guterres a prévenu que le monde avait atteint un moment charnière et que si la communauté internationale ne changeait pas de cap dans les deux prochaines années, nous risquions de perdre le contrôle de la situation.

Afin d'atteindre la limite de température fixée par la communauté internationale en 2015, « nous devons garantir la mise en œuvre de l'Accord de Paris », a-t-il dit.

Dans le cadre de cet accord sur le climat signé en 2015 dans la capitale française, les dirigeants mondiaux se sont engagés à faire en sorte que la hausse des températures ne dépasse pas plus de 2°C les niveaux préindustriels et soient aussi proches que possible de 1,5°C.

« Notre avenir est en jeu (...) C'est pourquoi, en septembre prochain [2019], je convoquerai un Sommet sur le climat pour mobiliser action et financement. Nous réunirons les pays et les villes, les acteurs de l'économie réelle, les décideurs, les entreprises, les milieux financiers et les représentants de la société civile, pour s’attaquer au cœur du problème. »

« Le monde a besoin que nous soyons tous des champions du climat », a conclu le secrétaire général de l’ONU.

Lire l'intégralité de son allocution ici